ASTROCENTAURE, c'est qui ?

PASSIONNÉES D'ASTROLOGIE DEPUIS DE NOMBREUSES ANNÉES,

J'AI DÉCIDÉ DE CRÉER ASTROCENTAURE POUR POUVOIR PARTAGER

MA PASSION ET MA VISION DE L'ASTROLOGIE AVEC VOUS,

DANS CE QU'ELLE PEUT AVOIR DE LUDIQUE ET D'ENRICHISSANTE AU QUOTIDIEN.

J'AI CHOISI LE CENTAURE CAR JE SUIS DU SIGNE DU SAGITTAIRE,

 

JE VOULAIS ABORDER L'ASTROLOGIE PAR UN BIAIS UN PEU DIFFÉRENT,

EN ME SERVANT DE MON GOÛT DE L'ILLUSTRATION ET DU VOYAGE.

sagittaire tracé blanc.png
IMG_4745_3.jpg
sagittaire ENVERS Tracé blanc.png

FRANÇOISE / ASTROLOGUE

Je viens d’une famille où le monde de l’occultisme était

terra icognita. A 16 ans, ma rencontre avec cet univers totalement étranger est due à  une copine d’école qui habitait dans le même immeuble que moi.

Sa maman, née à Puerto Rico, passait son temps

à consulter des voyantes, des médiums et autres cartomanciennes pour connaître son avenir.

Certains venaient même chez elle pour des consultations.

 

Un jour j’ai trouvé dans leur salon un livre sur le tirage des cartes. Je m’y suis plongée et, très vite, je me suis exercée aux différentes techniques décrites dans ce bouquin.

C’est un peu plus tard que j’ai découvert le tarot et que

j’ai abandonné les cartes à jouer pour ses arcanes.

Après mon bac, je suis devenue comédienne et, comme beaucoup de membres de cette profession, soucieuse

de savoir comme allait évoluer ma carrière et mes amours,

il m’arrivait d’aller voir des voyantes.

Sans rien y connaître, je sentais que l’astrologie était un univers bien plus riche et complexe que ce qu’en laissait paraître les horoscopes des journaux. Elle m’attirait beaucoup, mais j’avais l’intuition que si j’y mettais le doigt,

je risquais de me faire aspirer et de ne plus m’en dépêtrer.

De plus, j’ignorais complètement où l'apprendre, redoutant un peu de tomber sur un gourou malsain ou sur un allumé planant à 10.000...Un de mes ex, réalisateur venait de rencontrer un succès fulgurant et m’a raconté qu’il était allé consulter une de ses amies d’enfance devenue astrologue.

Il avait été fasciné par la  justesse de son analyse et de ses prédictions.

 

Ni une ni deux, j’ai appelé cette femme et suis allée la voir. C’est en sortant de la consultation, que j’ai décidé d’apprendre l’astrologie car grâce à elle, j’avais pu toucher

du doigt l’origine de certains problèmes récurrents dans ma vie,  inscrits dans mon thème natal. C’était un grand pas

en avant pour tenter de les résoudre.

Maintenant, il me fallait trouver le bon professeur. Comme toujours quand on cherche sa voie et que c’est le bon moment, la réponse se présente tout de suite. J’ai téléphoné à une amie voyante qui m’a aussitôt indiqué le mari d’une

de ses amies, une très bonne astrologue, qui avait épousé

un physicien, chercheur au CNRS.

 

Curieux comme tout bon scientifique et désireux de comprendre ce que faisait sa femme, celui-ci s’était attelé

à l’étude de l’astrologie et, grâce à son intelligence et ses capacités de synthèse, il était devenu en quelques années un formidable astrologue et un tout aussi formidable professeur.

 

Pour une somme dérisoire, Francis Buch m’a donné des cours particuliers et au bout de quelques séances je me suis retrouvée capable de monter des thèmes — sachant qu’à l’époque tous les calculs se faisaient à la main — et surtout de commencer à les interpréter. Par la suite j’ai participé

aux réunions mensuelles particulièrement formatrices qu’il organisait où chacun apportait des thèmes que nous étudiions en commun.

Quelques années plus tard, j’ai rencontré une amie d’ami, Marie Marczack, qui m’a, elle aussi, beaucoup appris.

Marie était une grande astrologue et tirait le tarot comme personne. C’était une grande érudite, une belle âme et un esprit très spirituel. Elle a écrit un livre indispensable sur

les aspects astrologiques :

Dialogue de planètes

chez Auréas Editions.

Voilà résumé en quelques phrases le chemin qui m’a conduit à la création de ce site et les personnes qui m’ont montré la voie.

Bien à vous

Françoise